ANTOINE BAUZA

freelance game designer, writer, creative consultant

Place aux Jeux 2015

Je serai à Grenoble, le dimanche 29 Mars, dans le cadre du festival « Place aux Jeux ». Séance de dédicaces avec des confrères auteurs de 14h00 à 15h00 ! Jouez bien !

0781b1_e05eb7d7d88f48fa98e9abe715c3a31f.jpg_srb_p_421_589_75_22_0.50_1.20_0

posted by toinito in Jeu de société and have No Comments
Tags:

Million Hanabi Baby

Thanks to the Spiel des Jahres award (2013), Hanabi reached a MILLION copies sold ! What a huge number… More details in the article (in french) on Tric-Trac

10922437_10153049069451530_2568317392697676623_n

 

 

posted by toinito in Jeu de société and have Comments (3)
Tags:

More 7 Wonders in 2015

Le Salon de Nuremberg ferme ses portes aujourd’hui. Repos Production a annoncé officiellement le futur proche de la gamme 7 Wonders. Et voilà :

10431233_1018328098183032_2553505315506166940_o

Un « Art Pack » destiné à l’organisation des tournois : Les 7 merveilles du jeu de base ré-illustrées par 7 illustrateurs du monde ludique : Vincent Dutrait, Naïade, Dimitri Chapuis, Pierô, Miguel Coimbra, Ani et Djib. D’après mes informations, c’est réservé au jeu organisé, du moins dans un premier temps. Je ne sais pas (encore) si ce sera commercialisé…

img-62b94db9e7e57ad2bf682c803effd24f189d0badUn « Playmat » pour les joueurs qui aiment leur petit confort de table : le visuel n’est pas terrible mais le plateau de Babel tient dans la zone centrale, c’est prévu pour !

54cbb643320f8Et le « gros morceau » c’est « 7 Wonders Duel« , un nouveau jeu complet, stand-alone pour 2 joueurs. Un projet en développement depuis un petit moment déjà, avec mon compère, Bruno Cathala. Prévu pour Essen, cette année, oui, oui ! On travaille dessus et le prototype sera sans doute jouable sur les salons tout prochainement (FIJ Cannes ?).

posted by toinito in Jeu de société and have Comments (12)

Samurai Spirit : making-of 3/3

Un univers chargé en testostérone

Comme toujours lorsqu’on est au cœur du développement d’un jeu, on a la tête dans le guidon. On enchaîne les parties de test en essayant d’apporter des réponses aux problèmes que celles-ci soulèvent. On enchaîne les itérations du prototype avec nos objectifs en tête… et on oublie souvent de marquer une pause, de prendre du recul pour avoir une vision d’ensemble de son jeu. Heureusement, les testeurs vous mettent (parfois) le nez dedans !

C’est ce qu’il s’est passé (merci Mike !) dans le cas de Samurai Spirit. À la fin d’une partie, l’un de mes testeurs assidus lâche la réflexion suivante : c’est quand même pas la fête pour les femmes ton jeu, non seulement les samouraïs sont tous des hommes mais en plus les quelques femmes doivent être défendues au risque de te faire perdre la partie.

Hum… Bonne remarque… Je suis resté collé à l’atmosphère de l’œuvre originale de Kurosawa. Pour ce qui est des Samouraïs, je n’ai pas regret, je voulais cette référence. Mais il est vrai que les femmes sont représentées comme l’un des éléments à défendre dans le village (les deux autres étant les paysans hommes et les fermes) et leur gameplay se résumait alors à « les femmes doivent être défendue sinon la partie est perdue ».

Dès lors, les Familles (femmes et enfants) qui sont sauvées des brigands apportent leur soutien aux joueurs (en éliminant un Brigand, en soignant un Samouraï, en reconstruisant une Barricade). On est certes loin de la parité mais pour le Japon du XVIème siècle ce n’est ma foi pas si mal. J’ai tout de même glissé une « excuse » dédiée à la gente féminine à la fin des règles du jeu.

Notez que cela ajoute un petit peu de saveur aux fins de manche et que ça me donne un levier supplémentaire pour gérer les niveaux de difficulté.

Derniers réglages

Il me restait alors un gros morceau à traiter : la calibration des modes de difficulté. C’est toujours une phase délicate dans les jeux coopératifs. Il y a un grand nombre de profil de joueurs, là dehors, et il faut arriver à proposer un nombre de modes de difficulté raisonnable (entre 3 et 5, je dirais) mais qui permettent à tous ces profils d’apprécier leurs parties au maximum. Pas évident. Il faut déjà déterminer les bonnes variables d’ajustement et leur trouver des valeurs pertinentes. Samurai Spirit est un jeu technique et difficile. Comme Ghost Stories auquel il est déjà comparé par certains joueurs sur internet. D’ailleurs, fort de l’expérience de Ghost Stories, j’ai finalement revu à la baisse la difficulté du jeu dans les tous derniers moments. La dernière partie de test a eu lieu le 18 Juin 2014 (soit presque 2 ans et demi après la première partie). Et si je me réfère à mes archives, il s’agit de la partie numéro #90.

Sur le champs de bataille…

Je terminerai cet article en tirant mon chapeau (de paille) à Funforge qui a pris la décision de commercialiser Samurai Spirit à un prix que je juge très bas en par rapport au matériel et de la qualité proposée.

Samurai Spirit est désormais entre les mains des joueurs et j’espère qu’il saura rencontrer son public !

 

Plato

posted by toinito in Game design,  Jeu de société and have Comment (1)

Samurai Spirit : making-of 2/3

Au cœur de la bataille

Me voilà de retour chez moi avec un éditeur pour un prototype balbutiant. Il ne me reste plus qu’à en faire un bon jeu ! Pour cela il faut commencer par analyser objectivement les forces et les faiblesses du prototype.

Les testeurs sont de précieux atouts à ce moment-là, si l’on sait les écouter et exploiter leurs retours (verbalisés ou non. Les tours de tables qui suivent les parties mettent le doigt sur les défauts du jeu :

  1. Manque de choix, l’impression de subir le jeu plutôt que d’en être un acteur.
  2. Manque d’interaction entre les joueurs.
  3. Manque de fun.

Que des grands classiques ! Rien d’alarmant au final, simplement les signes annonciateurs d’un travail à mener en profondeur…

De cette analyse est née le triptyque suivant, qui remplace l’ancienne action unique (piocher une carte Brigand), des trois manières d’utiliser les cartes Brigands :

  • Combattre les Brigands
  • Défendre le Village
  • Soutenir ses compagnons

Dans Samurai Spirit, l’adversité est matérialisée par les cartes Brigands. L’ensemble des possibilités de jeu doivent donc s’articuler autour de ces cartes (en effet, je ne tiens pas à ce que les tours de jeu s’allongent et/ou que le jeu nécessite deux fois plus de matériel). Les différentes actions possibles seront donc autant de façon d’utiliser les cartes :

  • Placement sur la droite du plateau (face visible, combat)
  • Placement sur la gauche du plateau (face visible, défense)
  • Placement dans une pile spéciale (face cachée, soutien)

L’action de combat est l’action unique originale, et conserve bien sûr sa filiation avec le black jack. Les trois icônes de Défense (Fermiers, Fermes, Familles) font leur apparition sur le côté droit des cartes et de fait, sur la gauche des plateaux Samouraï. La Défense du Village et de ses occupants devient un élément crucial du jeu. L’action de soutien passe par plusieurs règles avant de se fixer sur une règle simple, solide et ouvrant la porte à des combinaisons riches.

Après quelques dizaines de parties pour façonner ces nouveaux éléments de jeu, le prototype commence à vraiment me plaire et, surtout, à plaire aux testeurs.

Brigand6aFLAM

Samurai Seven devient Samurai Spirit

Le prototype a atteint cette fameuse étape (qui mériterait d’être dénommée d’ailleurs…) où il est satisfaisant, prenant, mais où il lui en manque encore un petit quelque chose pour être vraiment abouti.

À ce moment là, Samurai Spirit, c’est un jeu coopératif, qui se joue jusqu’à 7 joueurs tout en restant en dessous de l’heure. Le thème est chouette, les mécaniques sont intéressantes et il y’a désormais de vrais choix à effectuer à chaque tour ainsi que de l’interaction. Oui, mais voilà, il manque toujours le petit quelque chose. Petit mais sans aucun doute important. Du FUN ! En l’état, je suis content du prototype mais il lui manque une dose de fun. Un sacré problème… Un problème détecté en amont mais que les itérations successives du prototype n’ont pas su résoudre.

C’est suite à une discussion avec l’éditeur que la touche de fun manquante pointe son nez (comme quoi, les éditeurs peuvent être funs quand ils font un effort). À l’époque, je me débattais avec un point de règle retors : la mort d’un samouraï. Thématiquement, il était tout à fait cohérent que les samouraïs puissent mourir et même se sacrifier pour pousser le groupe vers la victoire. Mais cette voie menait vers deux problèmes. Le premier : si un joueur mourrait tôt dans la partie, il se retrouvait à regarder ses compagnons jouer sans lui. Le cas classique des jeux dit « à élimination ». Le jeu est court donc l’élimination est certes acceptable mais j’ai quand même du mal avec l’élimination prématurée des joueurs. Je trouve que cela plombe l’expérience ludique globale…

Le second : l’élimination d’un joueur augmente considérablement la difficulté de la partie, le jeu étant mathématiquement réglé par rapport au nombre de joueurs. Ce qui veut dire qu’il faut le prendre en compte et ajouter des règles et… stop ! Le signal d’alarme retenti ! Ajoutez des règles… À ce stade du prototype, je cherche plutôt à réduire le corpus de règles au minimum vital…

Ma décision est prise. Si un Samurai meurt la partie est perdue. Certes, ce n’est pas pleinement satisfaisant en terme de thème et d’histoire, mais c’est tellement plus efficace en terme de gameplay (la partie est perdue, point final) et surtout en terme d’expérience ludique (Ah, Roger-san va mourir, il faut absolument qu’on fasse quelque chose pour l’aider, sinon c’est la fin pour tout le monde). Je suis très attaché aux thèmes et aux histoires racontées dans mes jeux mais le gameplay doit passer au premier plan, toujours !

C’est lorsque j’exposais ce dilemme à l’éditeur qu’il proposa de laisser les samouraïs morts au combat continuer à jouer la partie, sous la forme de fantômes.

Je n’étais pas plus emballé que ça par l’idée : le coup du fantôme, c’est déjà vu et pas très excitant je trouve. En revanche, j’avais prévu de faire des plateaux Samouraï double-face, avec des variations de leurs capacités. Et si finalement, le deuxième côté des plateaux était utilisé dans la partie ? Si les Samouraïs plutôt que de mourir se transformaient pour devenir plus fort ?

En revanche, une fois transformés, il se retrouvent aux portes de la mort (et donc de la défaite collective) ! Un momentum excitant supplémentaire : les joueurs vont avoir envie de se transformer le plus rapidement possible pour bénéficier des meilleurs capacités mais en se transformant trop hâtivement, il risquent de plomber la partie. Eurekâ !

J’aime cette idée, possiblement la meilleure du jeu en fait, et elle pointe le bout de son nez vers la fin du développement. C’est souvent comme ça avec ces satanées bonnes idées. Mais bon, ne lui en voulons pas, elle s’est pointée et c’est l’important. Elle vient apporter le fun dont le jeu manquait alors tout en validant confortablement le fait que la mort d’un seul Samouraï entraîne la défaite. Elle permet bien sûr d’utiliser les deux côtés des plateaux de Samouraï et ce d’une manière plus intéressante – en tout cas plus originale – que dans Ghost Stories ou 7 Wonders.

posted by toinito in Game design,  Jeu de société and have Comment (1)

Samurai Spirit : making-of 1/3

Rendons au Maître ce qui lui appartient

Samurai Spirit est un jeu librement inspiré de l’œuvre la plus célèbre du cinéaste japonais Akira Kurosawa, Shichinin no Samurai. Cela faisait longtemps que j’avais envie de rendre hommage au long métrage. J’ai finalement décroché mon sabre du mur en décembre 2011 et j’ai commencé à réfléchir à une mise en jeu qui rende face honneur aux célèbres samouraïs du maître.

Faire des Sept Samouraïs un jeu coopératif était une évidence. La question ne s’est jamais posée non plus sur le fait qu’il soit jouable jusqu’à 7 joueurs. Voilà les deux caractéristiques fortes qui allaient de fait guider tout le design du jeu. Le « scénario » était déjà bien en place, calligraphié à l’encre de chine : Sept Samouraïs défendent un village de paysans contre l’attaque de Brigands. Merci monsieur Kurosawa. Et maintenant, au boulot !

Premières armes

Coopératif, 7 joueurs, des samouraïs qui repoussent des brigands. L’histoire est en place et il me faut maintenant des mécaniques donner vie à celle-ci.

La caractéristique « 7 joueurs » m’aiguille naturellement vers un gameplay simple, qui permet des tours de jeu rapides et donc d’assurer un rythme global satisfaisant. Je sais également que j’utiliserai des plateaux individuels verticaux (un format très « japonais ») pour mettre en scène mes samouraïs. L’étincelle mécanique s’est, elle, pointée à l’improviste : le black jack. Le prototype se dessine alors dans ma tête : les joueurs piochent des cartes brigands et les ajoutent près de leur plateau en tentant d’atteindre une valeur clé qui déclenchera leur pouvoir. Ça me plait, puisque cela modélise l’affrontement héroïque d’un samouraï contre de nombreux ennemis. C’est simple et comprend de la prise de risque. Pour que le jeu ne soit pas aléatoire, j’attribue à chaque samouraï une capacité qui permet au joueur d’influencer les tirages de cartes : piocher deux fois, rejeter une carte, donner une carte à un voisin, l’ignorer, etc. Bref, du contrôle pour les joueurs…

Un coup d’œil rapide à mes notes : la première partie a lieu en Janvier 2012. Comme d’habitude, ça marchouille, ça cahote, ça boitille et ce n’est pas vraiment concluant. J’ai l’habitude. Je fais parti des auteurs qui préfèrent faire un prototype et le mettre sur la table, au lieu d’imaginer la manière dont il devrait se comporter et les règles à dessiner pour obtenir l’expérience voulue. Le fait est que le concept me plait : c’est du coopératif, c’est simple, c’est court et mince, c’est quand même les 7 samouraïs !

À l’époque mon prototype prend le nom « Samurai 7 » un nom que j’aime beaucoup même si une série d’animation japonaise l’utilise déjà. Tant pis, je garde dans un coin de ma tête Black Jack Samurai qui a le mérite d’évoquer l’origine de la mécanique principale…

Croiser le fer avec Funforge

Funforge est le premier éditeur à tester le prototype, au détour d’une séance de travail commune sur Tokaido, dans leurs locaux parisiens. Le prototype n’est encore qu’une ébauche (nous sommes en Février 2012) mais Philippe Nouhra est cependant déjà séduit par le concept (les coopératifs, rapides, jusqu’à 7 joueurs, ça ne court pas les rizières !). Il est partant ! Ah… Mince, c’est que le jeu, quant à lui, est loin d’être prêt …

Heureusement pour moi, Funforge est un éditeur qui prend les projets l’un après l’autre, dans l’ordre. Pas d’urgence donc, des jeux sont actuellement dans les tuyaux ! C’est tant mieux, car je sais que mes samouraïs se sont à peine échauffés et je pressens déjà que le développement va être, à l’instar du film, très long…

à suivre…

kyuzo3

posted by toinito in Game design,  Jeu de société and have No Comments

7 Wonders Nimrod promo card

10885229_1008387582510417_945847011784227331_n

posted by toinito in Jeu de société and have No Comments
Get Adobe Flash player